République Atlantique. Double conscience, liminalité et modernité/colonialité à la fin du XVIIIe siècle (1754-1788)

Thèse soutenue par Régis Coursin, sous la direction de André C. Drainville (Université Laval, Canada), le 11 octobre 2016.

Résumé

Né en 1754 à Chartres, Jacques-Pierre Brissot est un homme du peuple qui s’est fait homme de lettres, attiré par les Hautes Lumières et sa modernité. Il aspirait à suivre l’itinéraire d’un Voltaire ou d’un d’Alembert, à devenir un homme de lettres en place. Mais la société d’ordres lui rappelait qu’entre ses désirs et sa position, il existait une ligne de fracture qui s’appelait « privilège ». L’histoire de Brissot est celle de sa double conscience, issue psychique de sa liminalité sociale, pris entre une couche supérieure qui ne veut l’admettre en son sein et une couche inférieure dont il souhaite prendre ses distances. Cela faisait de lui un « méplacé », aussi étranger à lui-même qu’il l’était envers sa propre société. Son histoire est celle d’une « subjectivité voyageuse », tâchant de subvertir sa position et son identité fracturée depuis sa « République Atlantique ». Mais au-delà de cette déprise apparente, cette République élémentaire fut également l’espace-temps d’une nouvelle emprise : derrière les paroles et les gestes de la modernité réalisée de Brissot, se cachaient ceux d’une autre colonialité qui se constituait en deçà et à l’image de son sujet.

Dans le cadre de son travail, Régis Coursin indique à propos de Brissot : « C’est dans cet espace de déplacement qu’il subvertit son méplacement et que se joue son replacement. Sa République Atlantique était traversée par ce que j’appelle les milieux du passage, milieux de sa résolution identitaire et de communion affective. Ces milieux, témoins de sa communauté retrouvée, sont pour lui la République franc-maçonne, la République commerçante et la République abolitionniste »

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...