Les hauts-grades du Rite français

Pierre Mollier, chercheur associé de la Société française d’histoire des sociétés fraternelles, vient de publier chez les éditions Dervy un ouvrage intitulé Les hauts-grades du Rite français.

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur :
Après une longue maturation au XVIIe siècle, les usages de la franc-maçonnerie spéculative moderne se fixent dans les années 1720 avec ses trois séquences symboliques d’Apprenti, Compagnon et Maître. Mais, à partir de 1730-1740, d’autres grades apparaissent encore : Maître Parfait, Élu, Maître Écossais, Chevalier d’Orient, Rose-Croix…
Ces « hauts grades » aux noms poétiques sont la mise en forme maçonnique de thèmes ésotériques. La multiplication et la forte diffusion des hauts grades suscitent un besoin de clarification qui amène à les organiser en « Rites » avec des caractères propres et une échelle spécifique.

Le site Critica Masonica en a fait une belle recension, sous le titre Ordres & chevalerie française.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire