La chevalerie des sportsmen : Pierre de Coubertin (1863-1937)

Thèse de doctorat en Histoire, soutenue par Patrick Clastres, en 2011 à Paris, Institut d’études politiques, sous la direction de Jean-François Sirinelli.

Résumé

Universellement connu comme « le rénovateur des Jeux olympiques », Pierre de Coubertin est un réformateur pédagogique et social fin-de-siècle qui imagine peser sur les destinées de la France, puis du monde, en forgeant une nouvelle élite. Cette biographie intellectuelle et sportive interroge sa neutralité politique et déconstruit le mythe de la perpétuation olympique. En introduisant le sport à l’école Monge, puis en veillant à sa diffusion dans les lycées, il tente d’inventer une catégorie sociologique d’un nouveau genre qui transcenderait les hiérarchies sociales produites par la révolution bourgeoise et industrielle : la chevalerie des sportsmen. Le tory à la française serait recruté dans la bourgeoisie, et jusque dans les nouvelles couches, pour peu que l’impétrant se comporte en sportsman combinant bravoure, loyauté, distinction, et politesse. Rallié dès 1887, proche des progressistes puis de la Fédération républicaine, guère compris ni suivi, il en vient à se réfugier à l’extrême-centre, ce qui le conduit à une sorte d’exil intérieur. Jamais il ne sera parvenu à contrôler les jeux olympiques qu’il conçoit dès 1892 comme internationaux et pacifistes. Contre les nations et les Etats, contre les organisateurs de spectacles et les fédérations sportives internationales naissantes, il forge « l’olympisme » entre 1906 et 1914. Imaginée comme un rempart contre l’argent, les femmes et la foule, cette utopie sportive est aussi une uchronie qui renvoie davantage à l’âge féodal qu’au stade grec antique. À contre-courant du XXe siècle, poussé à la démission du CIO en 1925, Pierre de Coubertin n’a compris ni la violence de la Grande Guerre ni la charge mortifère de l’hitlérisme.



Citer ce billet
Administrateur (2011, 1 janvier). La chevalerie des sportsmen : Pierre de Coubertin (1863-1937). Société française d'histoire des sociétés fraternelles. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u3o7

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search