La querelle des barbiers, chirurgiens et médecins (XIIIe – XVIIIe siècles)

Thèse soutenue le 2014-06-11 à l’Université de Lorraine
Par Gatti, Marie

Description

Dans l’Europe du Moyen Âge, tout ce qui concerne l’exercice de la main sur le corps relève de la chirurgie. À cette époque, la plupart des médecins sont aussi des clercs, à qui l’Église va interdire en 1163 de verser le sang. La chirurgie va donc échoir aux barbiers qui vont pour certains s’élever en confrérie de chirurgiens: la Confrérie de Saint-Côme. D’autres vont garder le titre de barbiers, tout en tentant d’exercer des opérations chirurgicales toujours plus compliquées. Les siècles suivants vont se caractériser par des luttes de pouvoir entre la Faculté de médecine, au savoir théorique, et les chirurgiens, aux connaissances pratiques. Ils utiliseront chacun à leur tour les barbiers pour parvenir à leurs fins, alors que dans le même temps, une dernière catégorie de “soignants” exerce dans les campagnes, se nourrissant des superstitions populaires: les empiriques et charlatans. Ce travail traite de ces querelles et des statuts mis en place par les rois au fil des siècles afin de règlementer ces professions, permettant l’essor de la chirurgie au XVIIIe siècle, avant que la Révolution française ne remette à plat tous les acquis.

Consulter en ligne



Citer ce billet
Administrateur (2014, 11 juin). La querelle des barbiers, chirurgiens et médecins (XIIIe – XVIIIe siècles). Société française d'histoire des sociétés fraternelles. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u3oc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search