La discipline de l’ivresse dans une confrérie musulmane de Turquie

Résumé

Quel sens (et quels effets) peut avoir la consommation rituelle d’alcool au sein d’une confrérie qui se réclame explicitement de l’islam ? C’est à cette question que s’attache ce texte, à partir d’une enquête dans un village de la Turquie méridionale affilié à la confrérie bektaşi. Là, lors des rituels du cem, de l’alcool est consommé en quantité conséquente. Mais l’ivresse ainsi instituée doit se comprendre en relation avec une éthique de la maîtrise du corps – « de la main, de la langue et des reins » – et relève dès lors de l’épreuve spirituelle. De sorte que l’alcool n’y est plus l’objet d’un contrôle social mais le moyen d’une discipline de soi. Et joue un rôle majeur dans la structuration de l’ordre confrérique.

Références

Nicolas Elias, « La discipline de l’ivresse dans une confrérie musulmane de Turquie », Archives de sciences sociales des religions, 174 | 2016, 241-254.

Pour consulter l’article complet, cliquez ici.


Vous aimerez aussi...