Dévotion et institution – Pour une histoire cohérente des confréries en Europe occidentale (XIIe-XVIIIe siècles)

Dévotion et institution
Pour une histoire cohérente des confréries en Europe occidentale (XIIe-XVIIIe siècles)

Résumé

L’étude de la relation entre confrérie et institution peut permettre de comprendre les conséquences possibles de cette relation sur la vie spirituelle des confréries sans s’enfermer dans des schémas hérités de la réforme tridentine fondés sur la dévotion. La confrérie médiévale se caractérise par son autonomie à l’égard de l’institution, en particulier ecclésiastique. Cela n’exclut cependant pas une conception institutionnelle de la confrérie comme un moyen d’assurer un financement, de servir le bien public et de mettre en avant une pratique spirituelle. Au début de l’époque moderne, une crise conjoncturelle des confréries, conjuguée à une crise plus structurelle occasionnée par un contrôle croissant des institutions, ecclésiastiques et communales, permet à la conception institutionnelle de s’imposer. On assiste à l’émergence des confréries de dévotion, outils de diffusion et de normalisation des nouvelles formes de la dévotion, mais aussi étape dans la dilution du mouvement confraternel au sein de l’institution.

Référence

Alexis Fontbonne, « Dévotion et institution », Archives de sciences sociales des religions, 170 | 2015, 191-208.

Pour consulter l’article complet, cliquez ici.


Vous aimerez aussi...