Transmission et pratique de l’adab soufi dans la Ḥāfiẓiyya Ḫalwatiyya, confrérie soufie de Moyenne-Égypte (XIXe-XXe siècles)

Transmission et pratique de l’adab soufi dans la Ḥāfiẓiyya Ḫalwatiyya, confrérie soufie de Moyenne-Égypte (XIXe-XXe siècles)

Résumé

Deux importants ouvrages soufis ont été transmis de l’époque ottomane jusqu’à la campagne égyptienne aux xixe et xxe siècles. Présents dans le milieu azharien, le long des chaînes initiatiques de la Ḫalwatiyya, à partir du milieu du xviiie siècle, ils comptent parmi les plus notables sources d’un certain nombre de petits cheikhs qui, après leurs études, retournèrent enseigner en province. Des confréries furent souvent fondées après leur mort par leurs enfants, en capitalisant sur l’héritage du père : son charisme, ses ouvrages et, parfois, sa richesse et sa position sociale. Loin d’être un milieu uniforme, composé de paysans analphabètes, la campagne égyptienne est foncièrement diverse, ce qui permit jusqu’à ce jour aux cheikhs de disposer de nombreux intermédiaires culturels, choisis parmi les artisans, les commerçants ou les fonctionnaires, pour diffuser la culture religieuse soufie. L’enquête de terrain permet alors de retrouver dans les pratiques la trace singulière de ces œuvres, trop souvent présentées comme purement abstraites ou théoriques, qui n’ont cessé d’organiser les réunions communes, ou de fournir les mots des prières quotidiennement récités par les fidèles.

Référence

Renaud Soler, « Transmission et pratique de l’adab soufi dans la Ḥāfiẓiyya Ḫalwatiyya, confrérie soufie de Moyenne-Égypte (XIXe-XXe siècles) », Archives de sciences sociales des religions, 170 | 2015, 209-227.

Pour consulter l’article complet, cliquez ici.


Vous aimerez aussi...