Les hauts-grades du Rite français

Pierre Mollier, chercheur associé de la Société française d’histoire des sociétés fraternelles, vient de publier chez les éditions Dervy un ouvrage intitulé Les hauts-grades du Rite français.

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur :
Après une longue maturation au XVIIe siècle, les usages de la franc-maçonnerie spéculative moderne se fixent dans les années 1720 avec ses trois séquences symboliques d’Apprenti, Compagnon et Maître. Mais, à partir de 1730-1740, d’autres grades apparaissent encore : Maître Parfait, Élu, Maître Écossais, Chevalier d’Orient, Rose-Croix…
Ces « hauts grades » aux noms poétiques sont la mise en forme maçonnique de thèmes ésotériques. La multiplication et la forte diffusion des hauts grades suscitent un besoin de clarification qui amène à les organiser en « Rites » avec des caractères propres et une échelle spécifique.

Le site Critica Masonica en a fait une belle recension, sous le titre Ordres & chevalerie française.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Administrateur (1 septembre 2017). Les hauts-grades du Rite français. Société française d'histoire des sociétés fraternelles. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u3os


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search